Nicolas Doutey

 

Quand j’écris, j’essaie de rester au plus près de ce que j’imagine être l’expérience théâtrale dans sa dimension pratique: des gens (des acteurs) se comportant maintenant et dans un espace devant d’autres gens qui les regardent et les écoutent en silence. Je n’essaie pas vraiment de dire quoi que ce soit sur un sujet, mais plutôt de faire en sorte que chaque phrase fasse advenir quelque chose dans le présent. D’une certaine manière, mes pièces présentent des situations ordinaires (une balade dans la campagne, des gens rentrant chez eux…) où une forme d’étrangeté vient du fait qu’il n’arrête pas de se passer des choses.

Nicolas Doutey est né en 1982.
Il écrit du théâtre depuis 2002, cinq de ses pièces sont publiées aux Éditions Théâtre Ouvert : Je pars deux fois et Jour (2013), L’Incroyable MatinThéâtre et amitié et Matins et déplacements (2015).
Cofondateur de la revue artistique et littéraire [avant-poste], il a dans ce cadre publié des traductions de pièces de Gertrude Stein, et réalisé des entretiens avec Jon Fosse, Noëlle Renaude, Michael Snow.
Plusieurs metteurs en scène ont travaillé sur ses pièces : Alain Françon (Théâtre Ouvert, Paris, 2011), Marc Lainé (festival Actoral, Marseille, 2013), Adrien Dupuis-Hepner (ENSATT, Lyon, 2014), Linda Dušková (traduction tchèque de Je pars deux fois, Prague, 2015). Deux de ses pièces ont été diffusées sur France Culture (2012) ; L’Incroyable Matin et Jour sont mises en scène par Rodolphe Congé à Théâtre Ouvert (Paris) à l’automne 2015. Il a aussi participé à des expériences d’écriture collective : Her in the RedDress a été écrit en anglais à partir des improvisations scéniques de Kyla Davis et Chloé Dechery (Camden People Theatre, Londres, 2006) ; il était l’un des cinq auteurs engagés dans l’écriture de Notre Faust, série théâtrale en cinq épisodes mise en scène par Robert Cantarella à Théâtre Ouvert en 2014. Depuis 2011, il assiste Alain Françon pour plusieurs de ses mises en scène (pièces de Tchekhov, Beckett, Bond, Michel Vinaver, Handke). Parallèlement à ses activités artistiques, il a des activités de recherche et d’enseignement. Son travail théorique, puisant dans son expérience de l’écriture et du plateau, se situe à la croisée de la philosophie et du théâtre contemporain. Il a publié plusieurs articles sur la question, et est l’auteur d’une thèse intitulée Une idée beckettienne de scène(2012). En tant que co-directeur de la collection « Expériences philosophiques » aux Éditions Les Solitaires Intempestifs, il a édité plusieurs ouvrages de philosophie du théâtre et contribué à plusieurs ouvrages collectifs (dont Philosophie de la scène, 2010). Il anime des ateliers dramaturgiques et d’écriture à Sciences-Po (Paris), à l’ENSATT (Lyon) et à La Manufacture (Lausanne). Il a obtenu une bourse du Centre National du Livre pour l’écriture de sa dernière pièce, en cours de rédaction.

Je pars deux fois
Personnages : 1 femme – 1 homme
Quelque chose a changé dans la situation remarquent Paul et Pauline mais quoi. C’est peut-être le chien, l’ami européen qu’ils partent chercher, un son ou une séparation. Il faudrait en tout cas réagir dans un endroit précis pour que ce soit bien clair.

Jour
Personnages : 1 femme – 2 hommes
Il fait froid dans la luminosité claire des îles du Nord où se baladent Paul, Bodil et Donn, le paysage est bizarre et beau. Mais il y a cette personne qui tue près de la falaise, bien découpée. Ou peut-être qu’il n’y a personne, mais ça fait peur.

Faces ou L’Incroyable Matin
Personnages : 2 femmes – 1 homme
Anh partie, Paul seul à la maison considère l’espace et a la sensation que quelque chose va de travers. Et il y a Bong, qui ne connaît ni Paul ni Anh, ne sait pas pourquoi elle est là, et se le demande, tout en ayant faim. Paul travaille à rétablir l’équilibre de la pièce comme dérangé par la présence de Bong. Le retour de Anh, très préoccupée par le dîner à préparer, complexifie les données : Paul redouble d’efforts.